Velomania vous présente le Jordan "Ora 3"

Un vélo innovant chargé d'histoire

Willy, c'est un peu l'âme historique de Vélomania, avec humour, il se défini lui-même comme "le plus vieux vendeur de vélo de France", il nous présente aujourd'hui l'histoire du Raleigh Ora qu'il a conçu et emmené dans les compétitions internationales dans les années 80 et 90.
Certains d'entre vous qui sont passés par la concession Motomania ont peut-être vu son ultime déclinaison, le "Willy Jordan Ora 3" exposé dans sa robe aux couleurs vives, un vélo au profil atypique qui ne laisse pas indifférent avec son cadre plongeant, ses roues en carbone et sa selle avec butée aérodynamique.

Motomania : Willy, quelle est l'histoire de ce vélo ?

Willy Jordan : En 1976 après ma carrière de coureur pro, je suis rentré comme directeur technique chez Raleigh (célèbre constructeur anglais), ou je suis resté pendant 15 ans. En dehors de mes fonctions de créateur de vélos, j'étais responsable du service des courses, les 5 dernières années j'ai notamment travaillé sur ce vélo avec l'équipe Castorama de Laurent Fignon et Cyril Guimard.
C'est ainsi que ce vélo "Jordan", le premier dédié au contre-la-montre est entré au catalogue 88/89 de la gamme Raleigh sous le nom "Ora", le vélo exposé chez Motomania est la 3eme version du concept. Au départ je l'ai présenté au Salon de Paris en 1983, et personne ne connaissait le concept, quand je suis arrivé au salon j'ai rencontré mon ami Colnago qui est un grand constructeur de vélos et il m'a dit "Jordan tu es fou, jamais personne ne va monter sur ce vélo là.", et au final tous les pros sont montés dessus (rires).

MM : pourquoi ce vélo plaisait-il aux pros ?

WJ : parce que c'est un vélo qui allait beaucoup plus vite, c'était une question d'aérodynamisme ! Si on prend le cas du Ora 3 qui est exposé ici, c'est un vélo qui est fait pour les records de l'heure sur piste, le champion anglais Chris Boardman, a fait 59 kilomètres dans l'heure en 1996 avec un vélo comme ça ce qui veut dire qu'il faut rouler en permanence à 70/80 !
Au final ils ont interdit ces vélos qui allaient à la limite de l'humain, et la réglementation est revenue à l'ancienne génération de vélos de piste. En l'an 2000, Boardman a refait une tentative avec un vélo "classique" et il n'a fait que 49 kilomètres dans le même temps, on voit donc la différence de performance...
Donc c'était le premier vélo de ce type, il était innovant grâce à ses roues en carbone pour une meilleure prise au vent mais on a un rendement effectif sur la roue arrière, sur les deux encore plus évidemment, mais pour la roue avant il faut un vent nul pour garder la maîtrise de la direction.
Pour revenir au salon de Paris : celui-ci a eu lieu en novembre, et en juillet les italiens de la marque Pinarello dont Delgado était capitaine de l'équipe, sont arrivés au départ du Tour de France avec le même vélo, la robe était la même avec un quadrillage identique. J'ai donc fait venir un huissier et on leur a interdit de prendre le départ, pour la petite histoire, je suis allé au tribunal et j'ai gagné mon procès pour plagiat, avec cet argent j'ai pu améliorer ce vélo qui était donc le Ora 1 (Ora veut dire "heure"), sa version route était le Ora 2 et pour finir le Ora 3, sa dernière version, est exposée chez Motomania en ce moment.

Lien : Laurent Fignon en action sur le Raleigh Ora
http://bicyclebookreview.files.wordpress.com/2010/09/fignon-8-seconds.jpg

FCH

autres actualités