Découvrez le nouveau MT-07 TRACER 700 !

Le trail routier par excellence

Elle est disponible dans votre showroom Motomania depuis la semaine dernière : Yamaha Tracer 700 ou le trail routier par excellence !
Nous vous proposons ces extraits du test réalisé par Moto Revue !

En ville

Raisonnablement haute et plutôt fine à l’entrejambe,les manœuvres moteur coupé ou à basse vitesse ne posent aucun souci : la moto braque très bien et le twin se montre on ne peut plus docile à bas régime, fort d’une injection électronique bien plus douce que sur la Tracer 900. Les changements de rapports s’opèrent sans soucis (le levier d’embrayage demande peu d’effort). De toute façon, la bonne santé du twin CP2 permet de ne pas trop jouer du sélecteur. Par rapport à la MT 07, la prise de poids (14 kg) ne s’avère pas pénalisante : l’assise un peu plus haute et plus redressée combinées à un grand guidon permet au pilote de porter le regard loin et de se faufiler aisément dans la circulation. Si on ajoute à tous ces bons points, une bonne filtration des vibrations et une dissipation très efficace de la chaleur moteur, on comprend sans mal que la Tracer 700 est particulièrement à son aise en ville : aussi docile que l’était la TDM, mais moins lourde et plus vive. Bref, vraiment convaincante.

En ville, le surcroît de poids par rapport à la MT 07 ne se fait pas sentir. La Tracer 700 reste une moto très à l’aise lorsqu’il s’agit de faire un demi tour ou de se glisser entre deux files de voitures.

Sur route

Le twin pétillant de la MT 07 dans une partie cycle typée trail routier. Sur le papier la proposition est prometteuse. Et sur route, les promesses sont tenues. A l’instar de la MT, la Tracer est une moto vive et joueuse. Une machine qui peut certes enrouler tranquillement sous les 5000 tr/min, mais que l’on prend plaisir à cravacher bien au dessus (rupteur aux alentours de 10000 tr/min) et qui permet des changements d’angles rapides. Côté freins, pas de reproche à faire : à l’avant les étriers 4 pistons offrent une puissance de décélération largement suffisante et l’arrière répond suffisamment bien pour resserrer une trajectoire en courbe. L’ABS, désormais incontournable (euro4 oblige) n’est pas déconnectable mais son seuil de déclenchement est suffisamment haut pour ne pas pénaliser le plaisir de pilotage.

Volontaire sur voies rapides, ludique sur départementales, débrouillarde en ville, la Tracer 700 a de vrais arguments à faire valoir, y compris face à sa grande sœur de 900 cm3, plus sensationnelle en moteur, mais moins conciliante.

Sur autoroute

195 km/h compteur : c’est la vitesse maximale à laquelle cette Tracer 700 peut rouler. A cette allure, et sur une machine neuve comme l’était celle de notre essai, la tenue de cap est très correcte. Côté protection, c’est plutôt convaincant là aussi : la bulle réglable manuellement via deux grosses molettes (opération réalisable uniquement à l’arrêt), permet de dévier efficacement l’air jusqu’à un bon 130 km/h. Au delà, dans le cas de mon mètre 73, c’est le haut du casque qui prend, ainsi que les épaules mais la pression de l’air reste supportable jusqu’à un bon 180. Les jambes, elles, restent correctement abritées du vent relatif quelle que soit l’allure. Vu le minimalisme du demi carénage, c’est assez remarquable. En ce qui concerne le confort d’assise après un trajet de 400 bornes sur autoroute, uniquement entrecoupé des nécessaires pleins d’essence, j’avais un peu de lassitude dans le fessier mais rien qui impose un arrêt prolongé. J’ai également été épargné par les vibrations : hormis quelques petits désagréments ressentis dans les reposes-pieds à l’approche de la zone rouge, la Tracer s’est montrée discrète sur ce points.

Équipement/finition

Côté finition, c’est là encore une assez bonne surprise : cette Tracer 700 me semble même un peu mieux finie que la Tracer 900, qui négligeait notamment l’intérieur de son poste de pilotage. Alors certes, tout n’est pas parfait et certains détails sentent le souci d’économie (par exemple le radiateur d’eau, très brut d’aspect), mais les fonderies du twin CP2 sont belles, ses durites d’eau bien intégrées et les assemblages des éléments de carénages sont rigoureux. Deux choses mériteraient toutefois d’être revues : le design des poignées passager (celles-ci sont ajourées, ce qui rend problématique l’utilisation de sangles d’arrimage) et leur vernis qui s’est marqué rapidement.

Des disques pétales pour le look, des étriers 4 pistons pour assurer une efficace décélération et un ABS désormais obligatoire. La Tracer assure côté freinage.

Côté équipement, on est à peu près sur les standards de la Tracer 900, ce qui est plutôt bien, vu la différence de tarif entre les deux machines. En revanche, on regrette (comme sur la grande sœur), une absence de véritable rangement (la place est très modeste sous la selle et un petit vide-poche dans le carénage n’aurait pas été de trop) ainsi qu’un afficheur digital toujours pas pilotable au guidon et dont le compte-tour s’avère peu lisible. Mais là, je chipote : dans l’ensemble, cette Tracer en offre pas mal.

La Yamaha MT 07 Tracer en bref

195 km/h compteur, 74,8 ch, 6,9 mkg

(c) Moto Revue http://www.motorevue.com/rubriques/routieresgt/semaine-yamaha-tracer-700/1737114

autres actualités