Claudie Magen une Biker Girl "doubout" !

Entretien sur les chapeaux de roues

Elle est l'une des rares compétitrices moto en Guadeloupe, c'est une chef de meute avec les Biker Girls et avant tout une femme active !
En ce début d'année Claudie Magen s'est confiée en exclusivité pour le site web de Motomania Group : bilan 2015, perspectives pour 2016, compétition, maternité et Biker Girls, en selle pour un tour de piste sous le signe du charme et de la passion.

Motomania : Claudie, en guise d’introduction, parlons de ton actualité personnelle : que fais-tu de beau en ce moment ?
Claudie Magen : Je travaille à la sécurité sociale au service des retraites : cotisations employeurs relevés de carrière déclaration s pensions de réversion : tout ce qui concerne la retraite, c’est moi (rires). Je suis en agence et je m’occupe du secteur Nord Grande Terre. C’est un travail intéressant et enrichissant dans la mesure où il faut s’adapter aux changements réguliers de législation : on ne s’ennuie pas !

MM : Revenons sur les origines de ta passion pour la moto : comment est-ce arrivé ?
CM : C’est d’abord mon père qui m’a initiée étant jeune et cela m’a intéressée d’emblée, par la suite lorsque j’ai rencontré mon compagnon celui-ci courrait des « runs » auxquels j’ai pu assister, je notais même les temps des pilotes ! Puis, un ami coureur m’a demandé si cela m’intéressait de participer et courir avec eux, comme je n’avais pas encore mon permis je pensais que cela pouvait être bloquant mais j’ai pu me lancer avec un Certificat d’Aptitude au Sport Motocycliste, c’est comme cela que j’ai commencé en 2008 à Goyave en étant la première femme pilote à participer aux runs.

MM : Justement comment a évolué la présence féminine sur ce type de course depuis tes débuts ?
CM : Il y a eu une autre concurrente un an après moi mais elle n’a pas continué, aujourd’hui il faut reconnaître qu’il y a une stagnation avec peu de participantes sur ce type de discipline.

MM : Du côté de la vie de famille comment la concilies-tu avec tout cela ?
CM : J’ai fait une pause avec la moto pour me consacrer à ma fille qui est maintenant âgée de 3 ans et j’espère enfin reprendre le guidon lors d’une course qui aura lieu au mois de mars, je suis impatiente !

MM : Au vu de ton parcours personnel penses-tu qu’il soit nécessaire de commencer tôt?
CM : Non ce n’est pas une obligation, c’est avant tout une question de passion, si je regarde au niveau de l’association « Biker Girls », il y a des jeunettes qui ont tout juste passé l’âge du permis et nous avons également 3 ou 4 mamies, elles sont vraiment « cool », certaines ont le permis depuis longtemps et d’autres viennent de l’obtenir. Parfois je croise des regards de personnes qui assistent à ce que nous faisons avec un air de regret comme si c’était trop tard pour accomplir un rêve de jeunesse : à ces personnes je veux vraiment dire que dès lors qu’on aime la moto ce n’est pas un problème pour débuter.

MM : En tant que compétitrice, est ce que cela nécessite un investissement important en termes de temps d’entrainement et de finances ?
CM : Oui en effet il y a des dépenses à prévoir pour s’entrainer, comme par exemple le carburant ou les pneus qui nous coutent cher à cause des « burns » à effectuer avant de s’élancer, il y a également des pièces qui peuvent s’user rapidement comme les embrayages. En dehors de cela nous ne faisons pas d‘entrainements très réguliers par manque de lieux adaptés en Guadeloupe, nous devons trouver des lieux retirés pour pouvoir s’entrainer notamment à cause du bruit occasionné. La famille et les proches sont une aide importante à ce niveau pour trouver des endroits adaptés je tiens à les remercier. Je sais que le nouveau président de région avait manifesté un certain intérêt pour les sports mécaniques en assistant régulièrement au Supermotard de Baie Mahault ou aux Runs de Goyave, j’espère que suite aux élections des projets d’infrastructure pourront enfin voir le jour ! (rires).

MM : Est-ce que tu mets parfois les mains dans la mécanique ?
CM : Je sais faire les opérations courantes comme l’entretien de base ou même rabaisser ma moto quand c’est nécessaire, sinon pour le reste je laisse faire les pros !

MM : La passion se prolonge également au niveau visuel et « esthétique » comme on peut le voir lors des exhibitions des Biker Girls, peux-tu nous en dire plus ?
CM : Nous aimons nous faire plaisir et assumons un côté féminin et « girlie » en étant au guidon d’un bel engin : à travers une peinture « léopard » ou des décorations originales ou encore au niveau des équipements comme les casques à « couettes ». L’idée c’est de casser les stéréotypes entourant le monde de la moto qui est parfois un peu métallique et froid en terme d’esthétique ou d’attitude, nous aimons avoir des motos à notre image : belles et sexy.

MM : Pour parler encore des Biker Girls peux-tu faire un petit bilan de l’année ? On vous a vues nombreuses par exemple au mois d’octobre lors de la Bike Night Mania organisée par Motomania.
CM : C’était vraiment une belle expérience pour une première fois grâce à l’organisation de Motomania, nous sommes fières d’y avoir participé, surtout pour la slow race que nous avons aidé à organiser c’était inédit en Guadeloupe et très excitant ! Je garde un souvenir particulier de la journée de la Femme au début de l’année avec un dépôt de gerbe en hommage aux femmes victimes de violences.
En dehors de cela l’association a participé à de nombreuses manifestations en 2015, je pourrais citer entre autres l’ouverture de la parade Carnavalesque à Baie-Mahault, l’ouverture du mémorial Camille Khodr, une récolte de fonds pour la croix rouge et une récolte de denrées alimentaires en faveur de la Dominique. Le 25 janvier 2015 lors du Carnaval au Moule nous avons distribué des flyers, des bretelles fluo et des éthylotests dans le cadre de la prévention routière avant de faire l’ouverture de la parade du Carnaval l’après-midi, pour finir nous avons également participé à certaines ouvertures de marathons à Sainte-Anne et aussi à Morne à l’eau (pour la lutte contre le cancer du sein), comme on le voit c’était une année vraiment bien remplie !
Ça ne s’arrête pas là car nous sommes aussi capables de nous réunir régulièrement pour apporter tout notre soutien, avec nos familles et nos banderoles, lors des courses Supermotard auxquelles participe une de nos Biker Girl : Florence Boisel surnommée Fifi ! (rires)

MM : Avec des projets aussi nombreux comment es-tu secondée au niveau de l’association Biker Girls ?
CM : J’ai la chance d’être aidée par une dizaine de membres qui gèrent le « bureau » de l’association en lui-même, en dehors de cela concernant les projets nous échangeons beaucoup entre nous sur un mode participatif, pour permettre à toutes celles qui le souhaitent de s’exprimer ou être force de proposition. Ensuite lors des réunions nous prenons les décisions toujours dans un esprit collaboratif.

MM : concernant vos projets, comment s'annonce l'année pour les Biker Girls ?
CM : le planning 2016 est en cours d'élaboration, mais nous avons déjà en vue l'ouverture de la parade au Goziéval '16 qui aura lieu le 10 janvier ainsi que le premier anniversaire du club qui aura lieu le 19 janvier ! Il y aura la journée de la femme bien entendu, mais nous ferons peut-être un événement le weekend suivant cette journée. Concernant la saison pré-carnaval les dates restent à confirmer mais nous serons au Moule, à Pointe-à-Pitre et à Baie-Mahault. Au delà de ça, nous serons certainement sollicitées pour des collectes ou autres récoltes de fonds et pour finir nos sorties moto auront lieu comme d'habitude, une fois tous les deux mois.

MM : Pour conclure, à l’orée de cette nouvelle année 2016, quels sont les vœux que tu formulerais à l’attention de celles et ceux qui te suivent, et des internautes de Motomania ?
CM : J’ai envie de citer notre slogan : « Brûle la gomme pas ton charme » ! Pour les Biker Girls, j’espère beaucoup de nouvelles converties (rires), continuez à allier force et douceur et à participer comme vous le faites déjà, que ce soit dans l’organisation ou les projets en vue. Pour tous les autres je vous souhaite une superbe année moto tout en restant dans l’esprit prévention et plaisir !

FCH

autres actualités